NIEVRE et CHER

 

Compte rendu du voyage de mai 2014 en Nièvre et Cher

 

Lundi avant 9 heures du matin, les matinaux rejoignent devant la gare de Nevers, ceux, qui plus sages, ont préféré arriver la veille.

Tous nos passagers sont là, Patrick, notre conducteur, nous accueille et nous voilà partis pour les Jardins de Forgeneuve à Coulanges les Nevers. Les propriétaires nous font les honneurs des lieux.

Entourant la maison de maître et les bâtiments de forge, un parc jardiné nous ravit; ses grands et vieux arbres, en particulier un platane dépassant les 2 siècles, veillent sur des massifs de vivaces et des cordons et contre espaliers de fruitiers. Le bief de la forge toujours en eaux vives enchante par son bruissement et sa vie.

Nos amis propriétaires, Monsieur et Madame Martinat, ne nous laissent pas les quitter sans nous offrir quelques rafraichissements, bien venus tant cette fin de matinée est déjà chaude.

Nos estomacs criant famine, nous rejoignons Nevers où le Pont de Loire, va les contenter. Un salon nous y est réservé, si le service est un peu lent, la qualité de ce qui est servie compense.

 

14 heures 30 nous devrions être à l’Arboretum des Feuilles fleuries, à un quart de lieue de là, nous n’y serons qu’à 15 heures, ce qui n’arrange pas bien notre hôte tenu qu’il est par des impératifs horaires. Mais en pressant un peu le pas, ses prévisions seront respectées.

Nous découvrons un jeune arboretum, très riche en essences variées et intéressantes. Elles ceignent des espaces d’herbe bien tondus. Certains ont pu regretter le manque de fuite, mais n’oublions pas que ce n’est pas un parc, mais plus un conservatoire ou collection dont l’intérêt n’est pas l’architecture mais bien la diversité.

 

Vers 17 heures nous filons vers Chougny, au Jardin de Cuy, où Madame Jeanne Kortbeeck nous attendait avec son agréable sourire. Il s’agit d’un ensemble de jardins récents (une dizaine d’années) qui enserrent une maison forte datant du 14ème siècle et qui est restée dans la même famille durant 6 siècles, jusqu’à ce que nos hôtes l’acquièrent en 2000.

Divers espaces se succèdent, devant l’entrée principale de la maison une allée de chênes des marais a belle allure ; entre cette allée et la maison un vaste massif circulaire de plantes vivaces.

La maison est bordée, sur un côté, d’étangs se déversant l’un dans l’autre. L’autre façade de la maison donne sur divers espaces fleuris et potagers érigés en pièces de verdure et sur la campagne. Le long des bâtiments agricoles croissent de beaux rosiers dont les tons ravissent le regard et pour certains l’odorat.

Et voilà la visite faite, mais le départ est un peu retardé par la gentillesse de nos hôtes qui nous servent dans la cour intérieure un excellent crémant. Un grand merci à eux.

 

Retour à Nevers, où nous logerons à l’hôtel Kyriad, hôtel très agréable à tous points de vue. Le diner est très gai, comment cela pourrait il être autrement ?

 

Mardi 20. 9 heures, départ pour les Pépinières Adeline, Madame Adeline nous attend canne en main, souffrant d’un genou, et très courageusement nous guide tout au long de la visite, son mari l’a rejointe, on sent que tous les deux maîtrisent parfaitement leur sujet et que les erreurs prononcées par quelques uns d’entre nous ne leur échappent pas et savent très bien nous corriger. Ils ne connaissent que les noms latins ou grecs et pour certains cela est quelquefois dépaysant puisque n’employant que les noms vernaculaires. Ils nous apprennent bien des choses entre autre le bouturage de racine.

Cette pépinière est un vaste ensemble très riche sur 20 hectares, on ne peut toute la décrire et chacun aura pris les notes qui l’intéressent ; l’étiquetage des végétaux est remarquablement exécuté et aide bien.

 

Midi et demi, il faut partir et nous nous retrouvons « au grès des Houches » à Morogues, avec quelques retard bien entendu ; 3 petites tables nous attendent et un repas très agréable nous est servi avec gentillesse et attention, là comme dans les autres établissements les régimes particuliers de certains d’entre nous sont parfaitement pris en compte.

14 heures 45  Nous voici au Jardin de Dietzs, sur cette même commune ; à notre arrivée, personne ! on nous fait savoir qu’ayant accompagné au restaurant ses visiteurs chinois du matin elle n’est pas encore rentrée. Qu’à cela ne tienne, nous commençons la visite sans guide. Son arrivée ne démontre aucun malaise quant à notre initiative. Elle nous guidera avec beaucoup de gentillesse et d’entrain.

C’est un joli fouillis meublé de sculptures (un peu kitch) dans lequel on remarque des essences intéressantes et chacun de prendre notes et photos.

Nous ne nous y éternisons pas outre mesure, le Jardin de Marie qui n’est pas tout près nous attend et nous y arrivons sous la pluie. Elle cesse, puis reprend, nous nous abritons dans la grange où sont présents, à la vente, divers objets « jardinesques » ou ménagers.

C’est un jardin très bien tenu qui présente une très belle collection de rosiers, une belle gloriette de glycines de différentes espèces et couleurs.

La pluie est un handicap certain, mais elle ne gène pas notre hôtesse qui se fait stoïquement arroser pour nous faire découvrir ses trésors, certains d’entre nous renâclent et rejoignent le car pour s’abriter et être au chaud.

Tout le monde a rejoint et nous voilà à nouveau au Kyriad de Nevers.

 

Mercredi 21  9 heures départ pour Appremont, nous y serons bien vite, ce n’est pas si loin, ce qui nous donnera le temps de visiter le village, d’aspect médiéval  quoique datant de 1930. Il a été reconstruit à cette date par la famille Schneider, seigneur du lieu, sur l’ancien vieux village. Tout le village appartient encore au château et les habitants du village ne sont, tous, que locataires de leur logis. Toutes ces constructions sont fort bien entretenues et heureusement fleuries.

Enfin la porte du jardin du château s’ouvre, il est 10 heures 30, et on est accueilli par un délicieux et jeune sourire.  

Jardin splendide, dès l’entrée, même si les arcs de glycine sont en voie d’extinction, l’étiquetage est parfait et permet de prendre bien des notes qui pourront servir dans nos domestiques. Cette visite est si prenante qu’elle ne nous laisse pas le temps de voir l’exposition qui jouxte le jardin malgré nos prévisions. Ce jardin en courbe de niveau offre à certains points élevés une vue très heureuse sur la vallée de l’Allier. Le bruit d’une cascade enchante l’ouïe et les méandres qui en découlent l’œil.

Même si l’on a pris son temps pour cette visite et  ne pas tout voir, il nous faut repartir et rejoindre Sancoins, célèbre pour ses marchés aux bestiaux cornus, nous y sommes en retard sur l’horaire annoncé ; le Saint Joseph nous y attend et s’affole un peu lorsqu’on lui indique notre horaire de départ ; mais chaque parti y mettant du sien, les temps sont tenus, Merci ! Chef !  Malgré ce stress, ce qui nous est servi est délicieux et le service remarquable d’attention.

 

14 heures 30 direction Sagonne où nous devrions voir les jardins, (mais y en a-t-il ?) de  François Spang. Un léger malentendu fait que tout est fermé ; donc pas de jardin.

 

Finalement ce n’est pas plus mal ; le temps courant trop vite nous manque un peu et nous serons un peu en avance, pour une fois, aux jardins d’Ainay le Vieil. Là la visite est libre, mais accompagnée par la pluie, c’est bien dommage ; le soleil aurait sans nul doute magnifié ce vaste ensemble, mi parc mi jardin. On y remarque une splendide enfilade de chartreuses. Tout ceci sert à merveille d’écrin à une magnifique bâtisse renaissance.

 

 

 

Et voilà, c’est fini pour ce voyage fort sympathique que  nous devons à Marie Vallery-Radot, qui a si bien su choisir ce qui était à voir et œuvrer auprès des propriétaires et des hôteliers pour que notre confort soit parfait. Merci Marie.

 

Nous nous retrouvons à Nevers où chacun récupère qui son train qui sa voiture.

 

Merci à chacun de nous avoir accompagné, sans vous qu’aurait-ce été ?

 

Henry Belmont

Secrétaire

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/12/2014